Depuis quelques années, les moyens à disposition pour apprendre de nouvelles choses sont de plus en plus variés. Quel que soit le domaine, on peut trouver des informations en ligne pour s’informer et se former. Même si certaines compétences nécessiteront toujours de passer par le présentiel, beaucoup de contenus peuvent être appris à distance, en totale autonomie.

Dans cet article, je vous propose de découvrir une de ces « nouvelles » manières d’apprendre, aujourd’hui bien installée : les MOOC. Cet acronyme signifie Massive Open Online Courses. En français, on utilise parfois l’acronyme CLOM pour « Cours en ligne ouverts et massifs ». L’intérêt de ces MOOC est qu’ils sont souvent dispensés par des grandes entreprises, des universités, des écoles ou des formateurs professionnels. Et avoir accès à des milliers de cours d’universités prestigieuses sur de multiples sujets est une chance formidable.

Avant de commencer, sachez qu’il faut être motivé et capable d’apprendre en autonomie pour vraiment bénéficier du plein potentiel de ce type d’apprentissage. Si un sujet vous intéresse particulièrement, ces cours vous permettront alors de satisfaire votre curiosité tout en développant de nouvelles compétences. La plupart du temps, les MOOC restent néanmoins une simple porte d’entrée sur un sujet, un simple premier pas. Mais quand le tout est gratuit et accessible en quelques clics, il serait dommage de s’en priver ! Voyons donc comment se structurent les MOOC et où les trouver.

Que sont les MOOC ?

Présents sur le web depuis quelques années maintenant, les MOOC sont donc des cours en ligne portant sur une multitude de sujets. En général, un certain rythme de progression est prévu par les formateurs et les dates de début et de fin de cours sont délimitées. Ces enseignements s’appuient sur des supports variés (vidéos, textes, exercices, illustrations, forums) pour présenter le sujet abordé et vérifier l’acquisition de connaissances par les étudiants. Très souvent les MOOC vont également s’appuyer fortement sur la communauté d’élèves, que ce soit dans l’entraide ou dans l’évaluation des travaux. Ainsi un cours peut compter plusieurs milliers à près de 200000 étudiants à la fois !

Des cours complètement gratuits ?

Le principe de l’aspect ouvert des MOOC est que l’accès au cours est en général gratuit en tant qu’auditeur libre. Sur la plupart des plateformes, seule la certification est payante, sous réserve bien sûr de réussir les examens. D’autres plateformes proposent des abonnement mensuels pour avoir accès aux exercices d’évaluation et aux certifications. Ces dernières sont pour le moment peu reconnues, mais avec le temps cela est en train de changer. Certaines plateformes proposent d’ailleurs des parcours complets, et certains cours peuvent ouvrir à des crédits universitaires. Quoi qu’il en soit, les certifications des MOOC peuvent motiver à aller au bout du cours et sont tout à fait valorisables dans le monde professionnel.

Au final, même si les plateformes de MOOC cherchent leur modèle économique et ont de plus en plus d’options payantes, les contenus restent quasiment toujours accessibles gratuitement. C’est l’essence même de la démarche des MOOC.

Un apprentissage pas nécessairement solitaire

Si tout le travail exigé pour un cours donné doit pouvoir se faire intégralement en ligne, il arrive que les étudiants de MOOC se rencontrent pour constituer des groupes de travail. Cela se produit évidemment surtout dans les grandes villes. Certains cours sont même dispensés en présentiel, parallèlement au MOOC. Au cœur de chaque cours en ligne se trouvent aussi de nombreux espaces d’échange et de discussion, qui sont souvent très actifs !

Un modèle d’enseignement complémentaire

C’est donc une véritable démocratisation de la connaissance que proposent les MOOC en permettant à tout le monde de découvrir de nombreux sujets. A l’origine, les cours proposés étaient relativement basiques dans le sens où il s’adressaient à un public novice. Avec l’augmentation de la popularité des grandes plateformes de MOOC, on voit néanmoins de plus en plus apparaître de véritables parcours de formation sur un ou deux ans. Sur la plupart des plateformes, ils sont appelés « parcours de spécialisation« . Les choses évoluent, et il est probable que l’offre de formation s’élargisse et gagne de plus en plus en profondeur.

L’organisation des MOOC

En termes de rythme et de validation, on trouve plusieurs variantes dans le monde des MOOC.

Rythme

Les cours sont souvent proposés à des dates précises dans l’année. Quand c’est le cas, il faut alors se rendre disponible sur la période déterminée. Ces cours « événementiels » sont souvent proposés une ou deux fois dans l’année. Dans ce cas de figure spécifique, de nouveaux apports et exercices sont accessibles à un rythme hebdomadaire.

D’autres cours sont en revanche proposés à la demande, c’est-à-dire qu’ils sont ouverts toute l’année ou sur une période d’au moins 6 mois par an. On progresse alors à son rythme, seule la date butoir pour rendre les travaux étant réellement imposée. Avec la multiplication des cours et l’objectif de rendre les plateformes viables économiquement, ces cours à la demande se développent de plus en plus. L’inconvénient de ce format est que la communauté d’apprenants à un instant donné sera moins importante, et beaucoup moins active.

Validation

L’ensemble des plateformes dont je vais parler plus loin dans cet article proposent d’assister gratuitement aux cours. La validation est en revanche devenue payante partout. Pour un cours, le certificat payant est en général aux alentours de 40-50€ et on peut les valoriser directement sur son profil LinkedIn. Mais évidemment, l’obtention du certificat dépend de la note finale obtenue au cours. Pour ceux qui ont connu le début des MOOC il y a quelques années, où tout était complètement gratuit, on peut regretter de devoir « passer à la caisse » pour obtenir une expérience complète. Cependant, il est aussi compréhensible que ces sites cherchent à trouver un équilibre. En effet, un MOOC coûte à minima une dizaine de milliers d’euros à produire, et chaque nouvelle session engendre des coûts (serveurs, animation des forums, etc.).

Comme précisé plus haut dans cet article, les grandes plateformes commencent de plus en plus à proposer des parcours de cours. Dans ce cas on obtient en général une réduction de prix sur les certifications si on s’inscrit au parcours dans sa globalité. On trouve ainsi de plus en plus de parcours constitués de 4 à une dizaine de cours, ce qui constitue une véritable formation complète. Comme il s’agit de formations qui se rapprochent d’un format professionnel, les coûts augmentent et sont proche des 200€. On retrouve même des formations diplômantes (MBA, Bachelor, Masters) de grandes institutions pour des prix qui restent moins chers qu’une inscription en présentiel, mais tout de même peu accessibles. Mais encore une fois, il reste possible d’avoir accès au contenu de tous ces cours de manière totalement gratuite.

Les meilleures plateformes

Dans le monde des MOOC, il existe de nombreuses plateformes plus ou moins spécialisées. Et pour avoir accès à un catalogue de cours vraiment vaste, il faut bien avouer qu’être à l’aise en anglais est indispensable. Je vous propose ci-dessous de parler des principales plateformes, que j’ai pu tester directement.

Coursera

La plus grande plateforme à l’heure actuelle, avec une véritable volonté d’internationalisation (les cours sont souvent traduits et les vidéos sous-titrées). Leur catalogue propose plus de 2500 cours en 2018 et un site complètement traduit en français (mais pas tous les cours).

La plateforme est très claire et assez simple à utiliser. Des institutions comme les universités de Stanford, de Duke, de Tokyo, de München, de Londres, de Lausanne ou encore SciencesPo Paris, HEC, l’École Centrale et l’École Normale Supérieure y proposent de nombreux cours. Les cours dont l’intégralité est en français (vidéos comprises) sont encore peu nombreux à l’heure actuelle. Pour les autres beaucoup proposent des vidéos sous-titrées en français ce qui permet de les ouvrir à un public moins à l’aise avec l’anglais. Les cours couvrent des domaines variés comme les arts, la biologie, le management, l’alimentation, la médecine, la composition musicale ou encore l’informatique. Il est à noter que c’est la plateforme qui a le plus « monétisé » le modèle des MOOC. Attendez-vous donc à de nombreuses propositions visant à vous faire basculer vers le modèle payant.

EdX

Ce site a été traduit en français mais propose des cours majoritairement en anglais. On retrouve ici le MIT, Harvard, Caltech, les universités de Berkeley, Washington, Tokyo, Valence, Louvain et bien d’autres. En général malheureusement, les universités ne proposent les cours que dans leur langue (anglais, espagnol ou français), sans sous-titrage multilingue contrairement à Coursera. Donc si vous n’êtes pas à l’aise en anglais vous pouvez passer votre chemin, à part pour les cours d’institutions francophones. Les cours sont ici aussi très variés, allant de l’architecture à la philosophie en passant par le droit et les maths. Le catalogue est à peu près aussi important que celui de coursera.

FUN et FutureLearn

France Université Numérique est la plateforme française de MOOC. Plus récente que les deux précédentes, son catalogue de cours est encore modeste. Pour l’instant plus de 400 cours sont disponibles et la variété des sujets a grandement augmentée au fil du temps : sciences de l’ingénieur, sciences humaines, biologie et physique pour ne citer que quelques domaines. Enfin, la particularité de FUN est qu’aucun cours n’est accessible à la demande. Il faut donc suivre de près les date d’ouverture de certains cours pour ne pas les rater ! Enfin, pour ceux qui connaissent edX, FUN s’appuie sur l’outil opensource d’edX pour créer ses MOOC. Vous retrouverez donc une interface similaire sur les deux plateformes.

FutureLearn est à quelque chose près l’équivalent anglais de FUN. Ici, ce sont principalement les universités du Royaume-Uni (mais pas uniquement) qui proposent des cours. Tout est bien entendu en anglais, et le site propose un peu plus de 250 cours.

Autres plateformes

De nombreux autres sites existent, avec une qualité de cours et une politique commerciale très variable. Certains sont plus axés entreprises et pratiquent des tarifs assez élevés, tandis que d’autres plateformes sont plus axées sur l’aspect collaboratif, n’importe qui pouvant créer et proposer un MOOC sur le sujet de son choix. Dans ce cas, il faut quand même avoir un minimum de compétences dans la création de MOOC et voir son contenu validé par l’équipe du site.

Enfin, pour ceux intéressés par les sciences dures, sachez que le MIT propose bon nombre de ses cours en accès libre sur MIT OpenCourseWare.

Les annuaires

  • Classcentral et Coursetalk. Ce sont les plus gros annuaires de MOOC existants. La plupart des cours évalués sont anglophones, avec notation et commentaires des internautes. Si un cours vous intéresse, il peut être instructif d’aller faire un tour sur ces sites pour voir ce qu’en ont pensé les internautes qui l’ont suivi.
  • Mooc-francophone. Si vous cherchez des avis sur des MOOC en français ou que vous voulez connaître toutes les plateformes francophones existantes, c’est vers ce site qu’il faut vous tourner.

En conclusion

Les MOOC ne remplaceront jamais les enseignements en présentiel. En effet, ces derniers permettent d’avoir d’autres types d’interactions et autorisent l’apprentissage de gestes techniques à travers la manipulation d’outils et de matériels spécifiques. Cependant, les cours en ligne participent réellement à la démocratisation du savoir, en proposant de s’initier à de nombreux sujets, allant des sciences humaines au sciences de l’ingénieur en passant par la physique, les maths, la musique ou la nutrition.

Si leur reconnaissance au niveau professionnel et universitaire est encore limitée, le développement de parcours de spécialisation avec des formations sur une année ou plus les rendent de plus en plus intéressants et pertinents dans une démarche de formation. On arrive en effet aujourd’hui à une phase où les MOOC sont quasiment devenus un mode de formation comme un autre. De plus, les plus grandes plateformes que sont edX et Coursera n’ont été crées qu’en 2012. Il faudra donc encore un peu de temps avant que la valeur de ces formations soient pleinement reconnues partout dans le monde.

En tout cas, si un thème ou un domaine précis attise votre curiosité, si vous voulez élargir vos compétences ou que vous envisagez une reconversion, les MOOC peuvent constituer une première étape dans vos démarches. Et si vous voulez allez plus loin avec des spécialisations reconnues, cela peut même être financé. Je ne peux donc que trop vous conseiller d’explorer les catalogues de MOOC existants pour assouvir votre curiosité. Cela n’engage à rien, et c’est gratuit, alors pourquoi s’en priver ?

Et vous, quel est le dernier MOOC que vous avez suivi ?

Avatar

Bastien Wagener

Docteur en psychologie et Maître-praticien PNL, je suis passionné à la fois par le développement personnel, mais aussi par la recherche sur les capacités et potentialités incroyables de l’être humain!

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

11 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback

[…] Apprendre avec les MOOC […]

Luc Rambaldi
1 année plus tôt
Répondre à  Bastien Wagener

Bonjour Bastien, Je retrouve avec plaisir votre article et nos échanges d’il y a environ 1 an. J’espère que vos activités et vos partages continuent à inspirer des gens. Pour les ressources PNL et Systémiques, pour gagner en fluidité et en ergonomie, nous avons changé de plateforme et des liens d’accès ont pu changer. – L’essentiel est directement accessible à partir de cette nouvelle page : https://campus.realiplus.com – Pour le MOOC PNLibre, un accès direct est ici : https://www.pnlibre.com -Pour le MOOC Systémique : https://www.i-systemique.org Si vous repassez par ici, vous pouvez m’envoyer un petit message via la plateforme et… Voir plus »

Luc Rambaldi
2 années plus tôt

Bonjour Bastien et merci pour les liens que vous partagez, de même que l’appréciation que vous portez sur mon travail cité plus haut.
C’est d’ailleurs par un lien depuis votre page que je viens de vous découvrir et je m’en réjouis.
J’ai créé un MOOC PNL dans une optique systémique : PNLibre
Il est désormais disponible sans inscription (uniquement nécessaire pour télécharger les fiches et le Manuel), et toujours gratuitement.
Voici le nouveau lien depuis cet automne : http://pnlibre.com
Vous trouverez l’ensemble des formations gratuites donc le MOOC Systémique complémentaire en vidéos, sur notre Campus ici : http://campus.realiplus.com

Carolien
Carolien
3 années plus tôt
Répondre à  Bastien Wagener

Bonjour le lien sur la PNL ne fonctionne pas cdt

Christo
Christo
4 années plus tôt

Salut Bastien,
J’ai suivi quelques mooc et suis vraiment satisfait.
Je voulais savoir si des cours de PNL existaient dans le même format ?
Car les coûts sont élevés.

Merci à toi et continue, ton site est inspirant.

trackback

[…] une première critique de MOOC. Cette fois-ci c’est le cours « Apprendre à apprendre » proposé par […]

11
0
Qu'en pensez-vous ? N'hésitez pas à laisser un commentaire !x
()
x