fbpx

Apprendre de nouvelles choses régulièrement est essentiel pour maintenir nos capacités cognitives et préserver la santé de notre cerveau1 . Néanmoins, l’exercice n’est pas toujours évident. On ne nous enseigne en effet jamais vraiment les méthodes et techniques qui permettent d’apprendre efficacement. Dans cet article, je vous propose donc de découvrir une approche qui permet de faciliter l’intégration de nouvelles connaissances et de nouveaux concepts : la technique de Feynman.

 

Origine et principes

Richard Feynman, prix Nobel de physique, était réputé pour sa capacité à expliquer des idées complexes en des termes simples et accessibles. La technique qui porte son nom consiste ainsi à élaborer une explication aussi simple que possible de concepts que vous chercher à assimiler.

Enseigner ou expliquer un concept à quelqu’un est en effet une excellente manière de vérifier qu’on l’a bien compris. Si on n’est pas capable de faire comprendre ce dernier, c’est probablement qu’on n’a pas complètement intégré les connaissances qui y sont associées.

Mais comment procéder pour expliquer les choses clairement ? Dans les grandes lignes, il « suffit » de respecter les points suivants :

  • analyser le concept en question
  • se mettre à la place de l’autre
  • anticiper les questions de la personne à qui on va le présenter
  • présenter les choses de manière progressive

 

En clair, expliquer un concept à quelqu’un permet de mieux se l’approprier et de monter dans les niveaux de la taxonomie de Bloom (voir l’illustration ci-dessous). Élaborer une telle explication nous place dans un apprentissage actif. Cela permet dès lors de réorganiser nos propres connaissances et de les renforcer. Au quotidien, on s’arrête malheureusement assez souvent à l’illusion de la connaissance. Cela se produit quand on connaît le vocabulaire, qu’on est capable de reconnaître des concepts, sans vraiment les comprendre pleinement. On parle la langue, mais on ne la maîtrise pas.

Aussi, si vous vous lancez dans ce genre d’expérience, vous vous rendrez assez vite compte des éléments qui ne sont pas clairs, pas parfaitement maîtrisés.

 

Pyramide représentant les niveaux de la taxonomie de Bloom

 

 

 

Comment utiliser la technique de Feynman ?

Pour vous entraîner et progresser dans vos apprentissages, vous pouvez tenter d’expliquer les concepts que vous êtes en train d’apprendre à un proche. Nous n’avons cependant pas toujours de « cobaye » à disposition pour nous aider. Il est donc également possible de pratiquer seul(e), en passant par plusieurs étapes. Pour utiliser la technique de Feynman commencez tout d’abord par choisir un concept. Passez ensuite par ces 3 étapes :

  1. Créez une explication du concept destinée à une personne totalement néophyte en la matière.
  2. Vérifiez l’explication générée et identifiez les aspects peu clairs ou les éléments de compréhension manquants, puis complétez-les.
  3. Révisez la nouvelle version et simplifiez-la.

Pour tirer tous les bénéfices de cette technique, je vous propose d’explorer chaque étape en détail.

1. Expliquez à un novice

Prenez une feuille de papier et écrivez le nom du concept choisi en haut de celle-ci. N’importe quel concept ou idée peut être utilisé, peu importe le domaine.

Expliquez le concept par écrit avec vos propres mots, comme si vous souhaitiez l’enseigner à un novice. Utilisez un langage simple et direct. En évitant le jargon, on se force à traiter l’information de manière plus approfondie. Mais ne vous limitez pas à une simple définition : passez par une ou deux illustrations pour être sûr(e) de pouvoir mettre votre explication en œuvre.

Nous avons en effet tendance à baser nos démonstrations sur des prérequis, de présupposés et des « boîtes noires ». Ces dernières correspondent à des éléments dont on ne comprend pas vraiment le fonctionnement, mais dont on se contente. Tout l’objectif de cet exercice est justement de faire ressortir ces « angles morts ».

2. Évaluez votre production

Relisez votre explication et identifiez les points pour lesquels il vous manque des connaissances/informations, ou pour lesquels vous sentez que votre texte est imparfait voire bancal.

Une fois ces points identifiés, retournez à vos notes, à des références fiables en ligne, à des ouvrages ou à des exemples afin de renforcer votre compréhension. Ainsi, vous augmenterez la clarté et la pertinence de votre explication.

3. Réorganisez et simplifiez

S’il y a des passages de votre explication qui contiennent beaucoup de termes techniques ou un langage un peu complexe, tentez de réécrire ces parties en utilisant des termes plus simples.

Assurez-vous réellement que votre explication puisse être comprise par quelqu’un qui n’aurait, contrairement à vous, aucune connaissance préalable dans le domaine.

Enfin, n’hésitez pas à lire votre explication à voix haute. Si certaines parties semblent confuses, trop lourdes ou trop complexes, vous le verrez immédiatement. Et cela signifiera qu’il faut encore retravailler votre texte.

4. Test grandeur nature (optionnel)

Pour être parfaitement sûr(e) de la clarté de votre travail, rien de mieux que de le soumettre à un néophyte pour voir si le message passe. Mieux encore, si vous avez dans votre entourage un enfant de 8 ou 9 ans, testez votre explication auprès de lui.

 

Quelques conseils supplémentaires

Cette technique peut paraître simple, évidente, voire banale. Mais je vous assure que cet exercice peut vraiment accélérer un apprentissage et faire ressortir rapidement les manques en termes de connaissances.

Si vous n’arrivez pas à voir jusqu’où aller dans la simplification, ou que vous avez tendance à être assez technique, essayez de penser comme un enfant. Un enfant demande souvent « pourquoi ?« ,  au grand dam des adultes parfois… Faites de même au sujet du concept que vous tentez de clarifier. Si vous êtes incapable d’expliquer un détail au premier « pourquoi », c’est probablement que votre compréhension du sujet reste assez superficielle.

De plus, expliquer les choses à un enfant nécessite d’utiliser des termes simples et accessibles. Aussi, comme précisé plus haut, n’hésitez pas à ajouter un petit schéma explicatif ou un exemple. Un dessin vaut parfois mieux qu’un long discours. Les métaphores peuvent aussi être très utiles pour compléter votre présentation.

 

Conclusions

La technique de Feynman, comme toutes les méthodes actives, permet donc d’éviter de rester dans l’illusion de la connaissance. En effet, expliquer les choses à quelqu’un, se poser des questions ou se tester sera toujours plus efficacespour construire son savoir que le simple fait de relire des notes ou de surligner un texte. Cela s’explique par le fait que dans le premier cas on recherche une information en mémoire, alors que dans le second on se contente de faire un jugement de reconnaissance de l’information.

En complément d’un travail pratique, qui permet toujours de mieux appréhender les savoirs, la technique de Feynman aide ainsi à construire ses connaissances et à détecter d’éventuelles lacunes. Je vous invite donc à prendre quelques minutes pour tester cette technique lors de vos prochains apprentissages. Elle devrait vous assurer une progression bien plus rapide.

 

Références

  1. Park, D. C., Lodi-Smith, J., Drew, L., Haber, S., Hebrank, A., Bischof, G. N., & Aamodt, W. (2014). The Impact of Sustained Engagement on Cognitive Function in Older Adults : The Synapse Project. Psychological Science, 25(1), 103‑112. https://doi.org/10.1177/0956797613499592
Avatar

Bastien Wagener

Docteur en psychologie et Maître-praticien PNL, je suis passionné à la fois par le développement personnel, mais aussi par la recherche sur les capacités et potentialités incroyables de l’être humain!

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Aperçu du livre "Plus efficace & plus heureux" avec commentaires

1
0
Qu'en pensez-vous ? N'hésitez pas à laisser un commentaire !x
()
x