fbpx

Après avoir été relégué au second plan pendant des décennies, l’émerveillement (tout comme la notion de beau), semble reprendre petit à petit de l’importance dans nos sociétés. Au-delà du plaisir esthétique, cet émerveillement (ou « awe » en anglais) fait en réalité référence à des expériences bien particulières. Celles-ci ont pour caractéristique de détourner notre attention de nos préoccupations personnelles et nous donnent la sensation de faire partie d’un tout, de quelque chose de plus grand que nous, qui nous dépasse.

Si ce type d’expérience a de tout temps été étudié par les philosophes ou les théologiens, la recherche scientifique ne s’est en revanche intéressé au phénomène de façon sérieuse qu’à partir des années 2000. On a alors pu constater que l’émerveillement avait de nombreuses vertus, parfois surprenantes…

 

Qu’est-ce que l’émerveillement ?

De manière simple, on peut dire que l’émerveillement correspond à un type d’expérience particulier qui implique d’être confronté à quelque chose d’impressionnant, à tel point que cela dépasse notre compréhension monde à cet instant précis. Il nous faut alors modifier et réviser nos connaissances pour intégrer cette expérience.

Les émotions qui en découlent sont complexes et variées, ce qui rend les tentatives de définition plus difficiles. En effet, les sentiments liés à l’émerveillement peuvent être positifs ou négatifs et émerger suite à une grande variété de stimuli. Les travaux scientifiques en la matière montrent que les expériences d’émerveillement sont caractérisées par trois phénomènes1,2 :

  • Résumé des 3 composantes de l'émerveillementLa perception de l’immensité. Ceci peut être lié à l’observation directe de quelque chose de littéralement vaste comme le Grand Canyon, ou faire suite à une perception plus théorique de l’immensité (ex : être mis en présence d’une personne au prestige immense, être exposé à une idée complexe comme la théorie de la relativité, etc.). Cette immensité peut donc être physique, sociale, ou intellectuelle/cognitive. Elle recoupe tout ce qui nous dépasse largement.
  • Le besoin d’adaptation. Ce besoin se manifeste quand l’expérience que l’on vit enfreint notre représentation du monde. Quand un stimulus excède nos attentes d’une manière ou d’une autre, il peut susciter un travail de modification des structures mentales. Si le besoin d’adaptation émerge systématiquement, son accomplissement, lui, n’est pas garanti. C’est ce qui explique que l’émerveillement peut être à la fois terrifiant ou éclairant, mais toujours « reversant » . Par ailleurs, il est à noter qu’un besoin d’adaptation sans perception de l’immensité ne provoquera pas de sentiment d’émerveillement (ex : une fête d’anniversaire surprise).
  • Modification de la perception de soi. L’émerveillement provoque également une réduction temporaire de la perception de soi tout en suscitant un sentiment de plus grande connexion aux autres. On se focalise donc moins sur soi-même tout en ayant la sensation de faire partie d’un tout. Certains vont même jusqu’à considérer ce phénomène comme un état modifié de conscience transcendant le soi, au même titre que les phénomènes de flow ou de pleine conscience2.

 

Les différents types d’émerveillement

Le terme « d’émerveillement » que l’on utilise pour traduire la notion anglaise d’ « awe » a ses limites. En effet, la notion d’ « awe » retranscrit bien mieux la variété émotionnelle du phénomène puisqu’elle implique aussi l’effroi, la fascination ou la sidération. Elle rend mieux compte du fait que l’émerveillement peut être autant associé à la peur qu’à la réjouissance, même s’il n’est réductible à aucune de ces deux émotions. Ainsi, pour Keltner et Haidt1, deux chercheurs qui travaillent sur cette dimension, il existerait ainsi plusieurs « saveurs » d’émerveillement :

  • La menace. Le phénomène est alors accompagné de peur. On peut éprouver ce type d’émerveillement ou de fascination lors d’un orage violent ou au visionnage d’images de discours totalitaires du XXe siècle par exemple3.
  • La beauté. L’émerveillement est ici lié au plaisir esthétique, et peut être déclenché par une personne, un paysage naturel4 ou encore une œuvre d’art.
  • Le surnaturel. Il s’agit alors d’un sentiment d’étrangeté à la vue d’un phénomène perçu comme surnaturel ou de quelque chose d’étrange qui peut être terrifiant ou formidable en fonction de la source.
  • La compétence. Dans ce cas précis, l’émerveillement provient de l’admiration pour le talent ou les compétences exceptionnelles d’une personne (ex : musicien, athlète…).
  • La vertu. L’émerveillement survient ici en présence d’une personne faisant montre d’une vertu ou d’une force de caractère particulière. Il est alors accompagné de sentiments d’élévation.

Je tiens néanmoins à souligner qu’il s’agit ici de variations théoriques plus que des catégories parfaitement hermétiques et éprouvées scientifiquement. Il faut aussi noter que certains stimuli sont plus susceptibles de provoquer l’émerveillement dans certaines cultures que dans d’autres. Les accomplissements personnels inattendus (on réussit quelque chose qu’on ne pensait pas pouvoir réussir) sont ainsi plus source d’émerveillement dans les cultures individualistes que dans les cultures collectivistes, alors que l’émerveillement vis-à-vis des autres suit le schéma inverse5.

 

Pourquoi rechercher l’émerveillement au quotidien ?

Ce phénomène serait toujours présent chez l’être humain de nos jours grâce aux avantages qu’il apporte du point de vue de l’évolution. L’émerveillement serait en effet utile pour promouvoir la cohésion sociale et la dévotion à des leaders puissants, ou encore pour rendre plus attractifs les environnements à la vue dégagée. Il est également possible que les conséquences de l’émerveillement, comme la remise en question de notre vision du monde ou la connexion sociale qu’il suscite, soient avantageuses pour notre survie.

Résumé des effets positifs de l'émerveillement

Au final, l’émerveillement aurait un certain nombre d’effets positifs, tout à fait suffisants pour justifier le fait de le rechercher au quotidien :

  • Des changements physiologiques (frissons, modification du rythme cardiaque, inflammation réduite).
  • Une moindre sensation de soi et le sentiment d’être plus connecté aux autres. Ceci se traduit également par une sensation plus importante d’engagement collectif5.
  • Le développement de la pensée critique via la remise en cause des schémas de pensée existants.
  • Une amélioration de l’humeur et des émotions positive lorsque l’expérience n’est pas perçue comme menaçante3.
  • La diminution du matérialisme (remise en valeur des expériences par rapport aux biens matériels)6.
  • Plus de bonté et de générosité, notamment parce que l’émerveillement nous fait percevoir le temps comme plus vaste et plus abondant6.
  • Une plus grande envie de participer à des activités créatives et l’ouverture à l’apprentissage7.
  • Augmentation de la satisfaction dans la vie6.

En somme, autant de bonnes raisons de chercher à s’émerveiller autant que possible.

 

Comment susciter l’émerveillement au quotidien ?

Si le potentiel d’émerveillement est partout, il est toutefois facile de passer à côté de celui-ci au quotidien. Voici donc 4 pistes pour vous aider à vous émerveiller.

1. Redécouvrir son environnement quotidien

Prenez le temps d’apprécier l’environnement dans lequel vous évoluez : les bâtiments sur votre trajet quotidien, les espaces verts de votre quartier, certains objets de votre intérieur… La complexité et la beauté sont toujours présents quelque part, même dans les environnement les plus dégradés. Sachez que la beauté, notamment lorsque l’on parle d’environnement externe, est intimement liée à la notion d’émerveillement.

2. Un peu de nature

Le simple fait de passer 15 minutes dans un environnement naturel (comme un arboretum) favorise l’émergence d’expériences d’émerveillement, la joie et le bien-être, comparativement au même temps passé dans un environnement artificiel8. Si vous êtes en ville, identifiez le parc ou le bois le plus proche de chez vous. Si vous vivez à la campagne, de nombreux lieux facilement accessibles devraient pouvoir vous fournir une dose d’émerveillement.

3. L’émerveillement au travers de médias

Si la nature n’est pas très présente dans votre environnement immédiat, vous pouvez tout à fait vous rabattre sur des expériences médiatisées. Il est en effet possible de provoquer l’émerveillement en regardant des photos ou des reportages de lieux impressionnants, ou même en plongeant dans des expériences en réalité virtuelle, beaucoup plus accessibles aujourd’hui qu’il y a quelques années. Ces dernières provoquent d’ailleurs plus facilement l’émerveillement que d’autres médias grâce à leurs pouvoir d’immersion9.

4. Rechercher la complexité

Les stimuli riches en information, qu’il s’agisse de paysage naturels, de musique ou d’activités humaines (pour ne citer que quelques exemples) sont des déclencheurs fréquents de l’émerveillement10. C’est parce que ces derniers peuvent être considérés comme « perceptuellement vastes » et nécessitent une adaptation cognitive qu’ils provoquent cette sensation. N’hésitez donc pas à observer l’expression de talents particuliers ou des phénomènes complexes pour introduire plus d’émerveillement dans votre vie.

4 pistes pour susciter l'émerveillement sous forme graphique

 

Conclusions

L’émerveillement est un phénomène fascinant, qui est à l’origine d’émotions fortes et, lorsqu’il atteint des niveaux élevés, de changements profonds dans nos vies. Et cela n’est pas réservé à quelques heureux élus. Vous avez probablement déjà fait cette expérience à un concert, lors d’une exposition ou d’une représentation artistique, en visitant certains monuments, au cours de défilés ou de manifestations sportives, lors d’une balade dans la nature…

L’émerveillement, en altérant notre perception du temps, nous permet de savourer les moments agréables et de nous sentir moins stressés par le manque de temps. De simples petites expériences d’émerveillement d’une ou deux minutes suffisent pour obtenir ces bénéfices. Réinsérer de la beauté dans sa vie, par les environnements que l’on explore et les expériences que l’on vit, a donc une vertu non négligeable. La beauté et l’émerveillement sont des sources de bonheur, tout en favorisant les échanges et le lien social.

Alors, même si la recherche à ce sujet en est encore à ses débuts, il paraît essentiel de remettre un peu d’émerveillement dans nos vies. Nous en sortirons revigorés, mais aussi probablement plus intelligents et généreux !

 

Références

  1. Keltner, D., & Haidt, J. (2003). Approaching awe, a moral, spiritual, and aesthetic emotion. Cognition and Emotion, 17(2), 297‑314.
  2. Yaden, D. B., Haidt, J., Hood, R. W., Vago, D. R., & Newberg, A. B. (2017). The Varieties of Self-Transcendent Experience. Review of General Psychology, 21(2), 143‑160.
  3. Gordon, A. M., Stellar, J. E., Anderson, C. L., McNeil, G. D., Loew, D., & Keltner, D. (2017). The dark side of the sublime : Distinguishing a threat-based variant of awe. Journal of Personality and Social Psychology, 113(2), 310‑328.
  4. Cohen, A. B., Gruber, J., & Keltner, D. (2010). Comparing spiritual transformations and experiences of profound beauty. Psychology of Religion and Spirituality, 2(3), 127‑135.
  5. Bai, Y., Maruskin, L. A., Chen, S., Gordon, A. M., Stellar, J. E., McNeil, G. D., Peng, K., & Keltner, D. (2017). Awe, the diminished self, and collective engagement : Universals and cultural variations in the small self. Journal of Personality and Social Psychology, 113(2), 185‑209.
  6. Rudd, M., Vohs, K. D., & Aaker, J. (2012). Awe Expands People’s Perception of Time, Alters Decision Making, and Enhances Well-Being. Psychological Science, 23(10), 1130‑1136.
  7. Rudd, M., Hildebrand, C., & Vohs, K. D. (2018). Inspired to Create : Awe Enhances Openness to Learning and the Desire for Experiential Creation. Journal of Marketing Research, 55(5), 766‑781.
  8. Ballew, M. T., & Omoto, A. M. (2018). Absorption : How Nature Experiences Promote Awe and Other Positive Emotions. Ecopsychology, 10(1), 26‑35.
  9. Chirico, A., Ferrise, F., Cordella, L., & Gaggioli, A. (2018). Designing Awe in Virtual Reality : An Experimental Study. Frontiers in Psychology, 8, 2351.
  10. Shiota, M. N., Campos, B., Oveis, C., Hertenstein, M. J., Simon-Thomas, E., & Keltner, D. (2017). Beyond happiness : Building a science of discrete positive emotions. American Psychologist, 72(7), 617‑643.

Bastien Wagener

Docteur en psychologie et Maître-praticien PNL, je suis passionné à la fois par le développement personnel, mais aussi par la recherche sur les capacités et potentialités incroyables de l’être humain!

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Ella
Ella
26 jours plus tôt

Merci tellement pour cet article !

Aperçu du livre "Plus efficace & plus heureux" avec commentaires

3
0
Qu'en pensez-vous ? N'hésitez pas à laisser un commentaire !x
()
x