fbpx

Issues de la recherche en psychologie positive, les forces de caractère sont une approche de la personnalité focalisée sur l’épanouissement personnel. Elles correspondent à des atouts, des manières de faire et de fonctionner qui nous permettent d’atteindre nos objectifs et de prendre du plaisir au quotidien. Néanmoins, même quand on a identifié ces dernières, il peut s’avérer difficile de se les approprier pour passer à l’action. Dans cet article, je vous propose d’apprendre à mieux les connaître, via deux exercices focalisés sur le quotidien et les relations aux autres.

 

Que sont les forces de caractères ?

Commençons par définir plus précisément ce concept de « force ». Les forces de caractère sont une capacité à ressentir, à penser et à se comporter d’une manière appropriée pour atteindre des objectifs que l’on valorise1. Elles ne se résument pas pour autant à des compétences techniques, mais plutôt à des manières d’agir (le « comment » et non le « quoi »).

Quand on traite de ce sujet, il est important de souligner le fait que tout le monde dispose de l’intégralité des forces de caractère. En revanche, certaines d’entre elles seront plus développées chez une personne donnée que chez une autre.

Il existe plusieurs classifications des forces, selon différents courants de pensée et travaux de recherche. La plus développée et étayée scientifiquement est celle de Peterson & Seligman. C’est sur cette classification que je m’appuie dans tous les contenus qui traitent des forces sur le blog (pour un panorama des principales approches existantes, voir ce document2).

Ce sujet est extrêmement riche et vaste. Aussi, si vous souhaitez en savoir plus sur les forces et identifier celles qui vous caractérisent, je vous invite à consulter cet article du blog.

 

Pourquoi nos forces conditionnent nos relations aux
autres ?

Notre manière caractéristique de penser et d’agir influence bien évidemment la qualité de nos relations. En tant que retranscription de la personnalité d’un individu, les forces ont un impact sur nos interactions. C’est d’ailleurs ce que montre les travaux de recherche sur le sujet. La perception et l’appréciation des forces de l’autre semble ainsi avoir un effet sur le bien-être dans le couple3, mais aussi sur les relations entre parents et enfants4. D’autres études montrent également que leur utilisation favorise l’engagement au travail et les émotions positives5, sources de relations plus fluides et bénéfiques entre individus.

Quand on se sent plus efficace, qu’on a des émotions positives et qu’on apprécie mieux ses forces et celles des autres, il est plus facile de construire des relations saines. Alimenter de façon équilibrée ses propres points forts est donc une façon de rendre ses interactions sociales plus constructives. Mais encore faut-il que l’usage de nos forces soit bien équilibré. On peut tout à fait surexploiter ou sous-exploiter celles-ci, ce qui aura des conséquences délétères à la fois pour nous et pour les autres.

 

Prendre conscience de notre utilisation de nos forces

Afin de trouver le juste équilibre dans notre utilisation des forces, un travail d’analyse et de prise de conscience est nécessaire. Certaines activités peuvent ainsi nous aider à explorer nos forces afin de mieux se les approprier. Savoir comment celles-ci s’expriment au quotidien permet en effet de bien mieux s’appuyer sur ces dernières par la suite. Pour faire ce travail, je vous propose de tester les deux exercices suivants :

  • Prendre conscience de ses forces au quotidien
  • Le quadrant fondamental

1. Prendre conscience de ses forces au quotidien

La prise de conscience quotidienne des forces est une activité idéale pour démarrer. En effectuant ce petit exercice d’introspection régulier, on accède à une compréhension concrète et précise de l’utilisation de nos forces.

Consignes

Voici comment procéder. Pour démarrer, munissez-vous d’un journal de bord. Une application de prise de notes numériques ou la fiche proposée ci-dessous peuvent également faire l’affaire. Réglez ensuite une alarme qui sonnera à 3 moments aléatoires dans la journée (ou utilisez une application gratuite sur smartphone pour choisir des moments au hasard). Quand l’alarme se déclenche, suivez ces consignes :

  1. Notez le jour et l’heure.
  2. Décrivez brièvement l’activité que vous étiez en train d’effectuer. Notez les choses que vous faites, et non des expériences et ressentis causés par les actions des autres.
  3. Notez vos émotions et ressentis durant cette activité, en étant aussi spécifique que possible (ex : « je me suis senti satisfait après avoir présenté mon nouveau plan de communication à l’équipe »).
  4. Évaluez votre niveau d’appréciation de l’activité en question sur une échelle de 1 à 10.
  5. Évaluez la quantité d’énergie procurée par cette activité sur une échelle de 1 à 10.
  6. Indiquez le nom de la force (ou des forces) que vous avez utilisée(s) durant l’activité.

En réalisant ce travail chaque jour pendant au moins 1 semaine, vous aurez une meilleure idée de ce que sont vos forces. Vous comprendrez mieux la manière dont vous les utilisez et dans quelles circonstances. Vous identifierez aussi les liens qui existent entre l’utilisation de certaines forces et l’émergence de certaines pensées et émotions. Et cela qu’il s’agisse d’une utilisation équilibrée, insuffisante ou excessive.

Une fiche-outil pour vous aider

Si vous souhaitez disposer d’une grille simple à remplir chaque jour, vous pouvez utiliser la fiche-outil suivante.

Aperçu de la fiche-outil "Prendre conscience de ses forces au quotidien"

Télécharger la fiche outil de prise de conscience des forces

 

2. L’exercice de quadrants fondamentaux

Cet exercice est une déclinaison du travail de Daniel Ofman, qui s’est notamment intéressé à la dynamique des relations dans le monde professionnel. Une fois que vous aurez identifié vos forces principales, vous pourrez utiliser la démarche proposée ici pour en identifier les avantages et les limites. Il est également possible de directement se lancer dans l’exercice en partant d’une qualité fondamentale que vous possédez.

Exemple de quadrants fondamentaux

Un exemple de quadrants complétés de manière simple

En effet, pour mieux utiliser nos atouts, il est important d’anticiper les pièges dans lesquels leur surutilisation peut nous faire tomber. Ceci est tout particulièrement vrai lorsqu’on s’intéresse à l’influence des forces sur les relations humaines. Cet exercice permet par la suite d’identifier des pistes pour que ces points forts le restent en toutes circonstances..
Pour atteindre cet objectif, on va créer une représentation schématique d’un ou plusieurs de nos points forts ou atouts afin d’analyser comment ces derniers influencent nos rapports aux autres.

Consignes générales

Voici comment procéder :

  1. Identifiez une qualité fondamentale (ou une force de caractère). Inscrivez cette qualité dans le premier quadrant sur la fiche. Si vous avez besoin d’aide pour spécifier une de vos qualités, référez-vous aux questions listées dans la fiche-outil proposée plus bas.
  2. Identifiez votre piège, c’est-à-dire votre tendance à surutiliser votre force/qualité. Inscrivez-le dans le deuxième quadrant.
  3. Identifiez un défi à votre piège, c’est-à-dire une qualité que vous souhaiteriez montrer davantage. Inscrivez-le dans le troisième quadrant.
  4. Identifiez votre « allergie », c’est-à-dire ce qu’il se passe quand vous constatez « trop » de votre propre défi chez quelqu’un d’autre. Inscrivez ceci dans le quatrième quadrant.
  5. Pour terminer, prenez quelques minutes pour analyser vos quadrants complétés afin d’en apprendre plus sur vous, vos forces, vos limites et les pièges dans lesquels vous êtes susceptible de tomber. Réfléchissez à la manière dont vous sur ou sous-utilisez la qualité/force étudiée et tentez d’identifier des pistes pour arriver à un meilleur équilibre.

Une fiche outil pour vous aider

Afin de vous aider dans cette démarche, j’ai préparé une fiche-outil qui reprend les consignes de l’exercice en y adjoignant des questions plus précises. Vous y trouverez également des quadrants prêts à l’emploi.

Aperçu de la fiche-outil des quadrants fondamentaux

Télécharger la fiche-outil des quadrants fondamentaux

 

Conclusions

Se focaliser sur ses points forts ne consiste pas à se « faire plaisir », mais bien à s’appuyer sur une façon optimale (et personnelle) de fonctionner. En prenant conscience de la manière dont on fait et pense les choses, il est possible de mieux exploiter son potentiel, pour plus de bien-être. Par ailleurs, cela permet aussi de prendre conscience de nos éventuels excès ou manques et de changer de perspective sur les comportements des autres. En effet, les conflits interindividuels ne viennent pas tout le temps d’actes malveillants intentionnels, mais beaucoup d’incompréhensions et de perceptions biaisée de nos forces et de celles des autres.

Qu’il s’agisse de s’intéresser aux 24 forces de caractère du VIA ou plus simplement à vos qualités, faire les deux exercices proposés vous permettra de développer un rapport différent à votre quotidien et à certaines de vos relations. Et si tout ceci vous a donné envie d’aller plus loin, n’hésitez pas à télécharger le guide des forces, proposé gratuitement sur le site !

 

Références

  1. Linley, P. A., & Harrington, S. (2006). Playing to your strengths. The Psychologist, 19(2), 86‑89.
  2. Dubreuil, P., Girouard, S., Forest, J. & Crevier-Braud, L. (2011). La psychologie positive et l’approche basée sur les forcesPsychologie Québec, 28(4), 22-26.
  3. Kashdan, T. B., Blalock, D. V., Young, K. C., Machell, K. A., Monfort, S. S., McKnight, P. E., & Ferssizidis, P. (2018). Personality strengths in romantic relationships : Measuring perceptions of benefits and costs and their impact on personal and relational well-being. Psychological Assessment, 30(2), 241‑258.
  4. Waters, L. (2015). Strength-based parenting and life satisfaction in teenagers. Advances in Social Sciences Research Journal, 2(11), 158‑173.
  5. Littman-Ovadia, H., Lavy, S., & Boiman-Meshita, M. (2017). When Theory and Research Collide : Examining Correlates of Signature Strengths Use at Work. Journal of Happiness Studies, 18(2), 527‑548. https://doi.org/10.1007/s10902-016-9739-8

 

Bastien Wagener

Docteur en psychologie et Maître-praticien PNL, je suis passionné à la fois par le développement personnel, mais aussi par la recherche sur les capacités et potentialités incroyables de l’être humain!

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Virginie Weber
2 mois plus tôt
Répondre à  Bastien Wagener

Démarche très intéressante ! Je connaissais le cadran mais je n’avais jamais pensé à l’utiliser au travers des forces. Ce exercice va bien le servir dans les coachings, merci

Virginie Weber
2 mois plus tôt
Répondre à  Bastien Wagener

Merci pour la suggestion et pour votre esprit de partage si précieux !

Aperçu du livre "Plus efficace & plus heureux" avec commentaires

4
0
Qu'en pensez-vous ? N'hésitez pas à laisser un commentaire !x
()
x