Peu importe notre expérience ou notre formation, nous avons tous des points forts. Sur se réaliser, j’insiste beaucoup sur les forces et les pistes de développement personnel qu’elles offrent. Mais en dehors de cette nomenclature issue de la recherche en psychologie positive, il est aussi possible d’adopter d’autres approches, complémentaires. Par exemple, faire l’inventaire de ses comportements récurrents permet d’identifier les compétences et activités sur lesquelles ont peut s’appuyer pour avancer mieux et s’épanouir plus. Dans cette article, je vous explique comment procéder pour identifier vos talents.

Les talents : nos points forts

L’approche que nous allons voir dans cet article a été formalisée par la psychologue Lea Waters. L’objectif est toujours d’augmenter la compréhension de soi pour gagner en efficacité. Si cette approche a été initialement développée pour aider les parents à identifier les « talents » de leurs enfants, elle garde toute sa pertinence pour les adultes.

L’idée, toute simple, est d’explorer vos comportements pour découvrir ce qui vous fait « vibrer », ce qui vous procure satisfaction, énergie et efficacité. Au passage, on prendra aussi le temps de mettre à jour les comportements qui sont « simplement efficaces » (mais qui ne sont pas source de plaisir) et les éventuelles lacunes.

Voyons tout d’abord les différentes catégories conceptuelles qui vont nous aider dans ce travail.

Les différents types de comportements

Si on adopte une approche directe, il « suffit » de prendre conscience des éléments listés ci-dessous pour identifier les talents, points forts ou qualités qui nous caractérisent. Comme nous allons le voir plus loin, on essayera alors de repérer les éléments suivants  :

  • Ce dont on est le plus fier ou le plus satisfait.
  • Ce dans quoi on se considère « bon », compétent.
  • Les activités (non passives) qui nous captivent.
  • Les activités qui nous procurent de l’énergie et des émotions positives.
  • Ce que l’on fait fréquemment, dès lors que l’on est en mesure de choisir son activité.
  • Ce qu’on aimerait apporter comme contribution au monde.

Néanmoins, cette approche uniquement positive peut nous faire passer à côté de certaines de nos compétences, voire de talents potentiels. Aussi, je vous propose plus loin une alternative à cette approche qui vous permettra de mettre à jour tous vos points forts présents et potentiels.

Classer les comportements selon 3 dimensions

Caractériser chaque activité est une démarche centrale pour voir ce qui constitue un point fort ou un talent. Pour faciliter ce travail, on s’intéresse à trois dimensions spécifiques :

  • Performance. On peut être plus ou moins « bon », performant dans une activité. Un comportement constituant un point fort sera associé à de hautes performances.
  • Énergie. Les diverses activités auxquelles on s’adonne au quotidien peuvent nous procurer plus ou moins d’émotions positives et d’énergie. L’exercice de talents s’accompagne, assez logiquement, de sensations positives.
  • Fréquence d’utilisation. Quand on a du temps libre et la main sur ce qu’on va faire, on choisit certaines activités plutôt que d’autres. Certaines activités, choisies préférentiellement lorsqu’on a du temps libre peuvent représenter de réels points forts.

Les 4 catégories d’activités

Grâce à un inventaire des activités réalisées sur une période déterminée (une semaine par exemple), on peut commencer à identifier différents types de comportement en s’appuyant sur les 3 dimensions précédentes. Globalement, on peut alors répartir les activités en 4 catégories (voir également l’illustration ci-contre) :

1. Principaux points forts (talents)

Performance élevée / Énergie positive / Utilisation fréquente.

Ces activités mettent en jeu les points forts qui vous caractérisent. Elles amènent un haut niveau de performance et d’énergie. Sans ces points forts, on ne serait tout simplement plus soi-même : les autres ne nous reconnaîtraient pas.

2. Points forts ou talents potentiels

Performance correctes, mais potentiel de développement élevé / Énergie positive / Utilisation peu fréquente.

On pourrait être plutôt bon dans ces activités, mais on n’utilise ces « talents potentiels » que de manière ponctuelle et pas nécessairement volontaire. Ces activités nous procurent par ailleurs des émotions positives. Pour le moment elles n’entraînent par contre pas des performances aussi importantes que nos talents principaux. Cela peut cependant vite évoluer si l’on identifie des situations dans lesquelles les travailler.

3. Comportements appris

Performance élevée / Énergie faible / Utilisation variable.

Il s’agit ici de ce que l’on a appris à faire suite à des apprentissages  réussis. Cela recouvre aussi les activités que l’on réalise pour « faire plaisir » aux autres. Notre motivation pour ces comportements n’est pas intrinsèque, mais on y trouve des bénéfices secondaires.

4. Points « faibles »

Performance faibles / Énergie faible / Utilisation peu fréquente.

Ces points qu’on peut qualifier de « faibles » s’expriment dans des domaines qui ne nous intéressent pas spécialement et pour lesquels nous n’éprouvons pas nécessairement de sensations positives. Tout le monde peut s’entraîner pour s’améliorer dans des domaines de « faiblesse », mais il est plus efficace de booster ses forces et de capitaliser sur ses talents plutôt que de vouloir à tout prix « corriger » des points faibles.

Résumé talents centraux

Résumé talents potentiels

Résumé comportements appris

Résumé points faibles

Cartographier vos points forts et vos talents

Maintenant que vous connaissez les différentes dimensions et catégories à prendre en compte, vous pouvez passer à la pratique. Pour ce faire, deux approches sont possibles.

A. L’inventaire des activités

Choisissez une période où vous effectuez la plupart de vos activités régulières. Pour la plupart des gens, une semaine devrait être la durée idéale. Sur cette période :

  • Identifiez toutes les activités auxquelles vous vous êtes adonné(e). Le niveau de détail peut varier en fonction des domaines.
  • Notez la fréquence de ces activités.
  • Réfléchissez aux émotions que celles-ci vous procurent (positives, négatives, neutres, etc.).
  • Évaluez votre niveau de performance pour ces activités.

Ne cherchez pas nécessairement à détailler tout, mais tentez tout de même de capter l’essentiel de vos occupations sur la période choisie. Une fois ce travail fait, vous pouvez passer à la cartographie.

B. Explorez les activités

Alternativement, vous pouvez simplement répondre à quelques questions pour identifier l’essentiel des activités qui traduisent des talents :

  • De quoi êtes-vous le/la plus fier(e) ?
  • Quand vous pouvez choisir votre activité, que faites-vous la plupart du temps ?
  • Qu’est-ce qui vous procurait le plus de plaisir quand vous étiez enfant ? Qu’est-ce qui ressemble le plus à cette sensation dans vos activités actuelles ?
  • Dans quoi vous considérez vous bon(ne)/compétent(e) ?
  • Qu’est-ce qui vous fait vous sentir fort(e) ?
  • Dans quels domaines dépensez-vous le plus d’argent ?
  • Pour quoi avez-vous déjà été remercié(e) par les autres ?
  • Quelles sont les activités qui vous captivent ?
  • Quelles activités vous procurent de l’énergie et des émotions positives ?
  • Quelle contribution souhaiteriez-vous apporter au monde ?

Afin de faire une cartographie complète, vous pouvez également réfléchir aux activités de votre quotidien qui ne sont présentes dans aucune des réponses à ces questions.

 

Cartographiez vos talents

Une fois l’une des deux approches réalisée, vous pouvez compléter votre cartographie en remplissant le schéma suivant (disponible dans la fiche-outil jointe ci-dessous) :

Cartographie des talents

 

La fiche-outil

Enfin, pour faciliter votre travail, je vous ai préparé la fiche-outil suivante (comportant quelques détails complémentaires) :

Fiche-outil cartographie des talents

Téléchargez la fiche de la cartographie des talents

 

Conclusion

Mieux se connaître est une étape indispensable pour progresser. Si on est souvent assez conscient des choses qui ne fonctionnent pas bien, on passe souvent à côté de nos propres points forts. Grâce à l’exercice de la cartographie des talents, il est possible d’identifier ce qui nous procure du plaisir tout en nous apportant de bonnes performances.

Mais bien sûr, ce travail n’est pas un état des lieux définitif, même à l’âge adulte. En effet, rien n’est figé. C’est l’expérience et l’habitude qui peuvent rendre les choses plus « figées », si on ne prend pas le temps de sortir de sa zone de confort de temps à autres. Capitaliser sur ses talents est une excellente chose, et il est plutôt judicieux de chercher des activités qui permettent d’exprimer ces derniers. Néanmoins, avant d’exceller dans quelque chose, on passe toujours par une période d’inconfort et d’apprentissage. Aussi, laissez-vous toujours de l’espace pour découvrir de nouvelles manières d’exprimer vos talents, mais aussi pour en développer de nouveaux !

Avatar

Bastien Wagener

Docteur en psychologie et Maître-praticien PNL, je suis passionné à la fois par le développement personnel, mais aussi par la recherche sur les capacités et potentialités incroyables de l’être humain!

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
1
0
Qu'en pensez-vous ? N'hésitez pas à laisser un commentaire !x
()
x