Progresser, dans quelque domaine que ce soit, nécessite de savoir d’où l’on part, où l’on veut arriver et comment. Mais pour de savoir si on s’approche du but et si les stratégies mises en place fonctionnent, il est indispensable de suivre sa progression. Pour ce faire, il faut mesurer ses activités et les effets qu’elles produisent. Cela passe par la création d’un « espace » où l’on va noter les informations pertinentes pour un projet donné de manière régulière. Cet espace, c’est ce qu’on appelle un journal ou carnet de bord.

 

Pourquoi suivre ses activités ?

Un travail de suivi a plusieurs intérêts distincts, à la fois pendant et après la réalisation d’un projet :

  • Mesurer sa progression. Se rendre compte des petits ou des grands progrès, au fil des semaines et des mois est un soutien important à la motivation. Il s’agit ici d’évaluer précisément l’avancement d’un projet.
  • Détecter des liens de cause à effet. Ceci permet de comprendre l’impact de nos comportements ou d’événements sur notre progression, nos difficultés ou nos facilités à avancer. On identifie alors ce qui engendre des difficultés et ce qui soutient notre action. Cela permet non seulement d’ajuster notre approche sur les projets en cours, mais aussi d’optimiser de futurs projets.
  • Mieux évaluer le chemin parcouru à posteriori. Un travail de suivi au long cours permet de prendre pleinement conscience de l’évolution, des apprentissages et des transformations qui ont eu lieu. Le fait de garder une trace du parcours donne de réelles clés ou « recettes » personnelles qu’il est possible d’appliquer à d’autres situations par la suite. Cet aspect est essentiel car nous sous-estimons souvent nos propres progrès. Avec le journal de bord, vous pourrez voir à quel point vous avez évolué(e), une fois vos objectifs atteints. Vous prendrez donc pleinement conscience de vos accomplissements, ce qui constitue un véritable coup de boost pour le moral !

Le journal de bord donne donc des clés pour expliquer les progrès ou les problèmes grâce à des faits objectifs, des ressentis ou des éléments de contexte. En les explicitant au fil du temps, on peut plus facilement les appréhender et en tirer tous les enseignements nécessaires.

 

Que faut-il mesurer ?

Suivre ses projets et consigner les informations au fil du temps est donc une démarche tout à fait utile et constructive. Mais quelles sont les éléments à noter ? On peut en effet noircir de nombreuses pages sur ses ressentis, le temps qu’il fait au toutes les micro-actions entreprises dans une journée… Pour ne pas s’éparpiller, il faut se concentrer sur l’essentiel. Tout d’abord, il faut mettre en place deux types de mesures, complémentaires :

  • des mesures objectives
  • des mesures subjectives ou qualitatives

Si on prend l’exemple d’un projet de remise en forme, les mesures objectives peuvent être le poids, la masse grasse et la masse maigre, la mesure de la force sur certains exercices, l’endurance à un exercice particulier (temps de course à pied par exemple), etc. En suivant ces indicateurs, il est possible de mesurer une progression chiffrée et précise.

Mais les mesures qualitatives sont tout aussi précieuses. Pour ce même projet, elles se présenteront sous la forme de multiples commentaires ou impressions au sujet de l’humeur, l’énergie, la motivation, l’appétit, la qualité du sommeil, etc. Ces informations permettront d’éclairer l’évolution des mesures objectives, et de comprendre comment certains éléments influencent ces dernières.

Le choix des mesures est une étape indispensable lorsqu’on démarre un journal de bord. Ce choix variera bien évidemment en fonction du projet suivi. Pour ne pas vous éparpiller, je vous invite à prendre le temps de clarifier et de planifier celui-ci. Cela vous permettra de déterminer plus facilement ce qu’il est nécessaire de noter ou non. Si certains de vos projets se recoupent, il peut être pertinent de regrouper les mesures de l’évolution de ces derniers dans un même carnet ou journal de bord.

 

Un journal de bord, concrètement, c’est quoi ?

Maintenant que l’intérêt de la démarche du carnet de bord, voyons comment en créer un. Prise de notes dans un journal de bordUn journal de bord peut être un seul et même objet ou fichier, tout comme il peut être constitué d’un ensemble de documents liés les uns aux autres. Il s’agit donc d’un « dossier » où vous pourrez consigner toutes les informations pertinentes pour suivre et évaluer votre progression vers un objectif.

La version papier ou « low-tech »

De manière classique, le journal de bord est un cahier dans lequel on note les informations utiles relatives à un objectif précis. Dans le cas de l’atteinte d’une certaine performance sportive, par exemple courir un marathon, on y notera à chaque page la date et le contenu des entraînements. Celles-ci seront :

  • des faits objectifs : lieu de l’entraînement, durée, nature du terrain, distance, moment de la journée, etc.
  • des éléments subjectifs : humeur avant et après l’entraînement, motivation, sensations durant et après l’entraînement, douleurs éventuelles, etc.

Pour le rendre le journal plus vivant et facile à consulter, on y ajoute également parfois des graphiques, des schémas, des dessins ou des photos. Par ailleurs, je vous conseille d’organiser chaque page de la même manière. Le journal sera ainsi plus facile à parcourir et vous pourrez plus facilement retracer votre progression. Cela constituera ainsi une trame facilitant à la fois le remplissage et la consultation du journal de bord.

La version numérique

Les aficionados de nouvelles technologies préféreront probablement les outils numériques au papier. Dans ce cas là, les possibilités sont nombreuses :

  • dossier regroupant plusieurs fichiers
    • tableur pour les données numériques
    • fichier texte pour les commentaires plus détaillés
    • sauvegarde de données d’applications spécifiques sur mobile (application pour suivre une activité sportive, une habitude, etc.)
    • photos
    • enregistrements audio
  • application de prise de notes multimédia (OneNote, Evernote, etc.)

Les avantages du numérique sont nombreux, notamment lors de la phase d’analyse. On pourra ainsi analyser automatiquement les données, produire des schémas et graphiques, ou encore rechercher des mots clés facilement. Pour certains projet, c’est un réel plus.

Quel support choisir ?

Ce sont vos usages et vos préférences qui doivent guider votre choix. Si vous trouvez un journal papier plus pratique, organisez-le pour qu’il soit facile à utiliser. Mais n’oubliez pas non plus l’aspect esthétique. Il faut que votre carnet soit agréable à l’œil pour que vous ayez envie de le remplir. Pour trouver l’inspiration, vous pouvez par exemple explorer un outil comme le bullet journal. C’ est une version très généraliste du journal de bord qui permet de suivre des projets, des habitudes, de noter des idées, d’organiser son planning… On sort donc du cadre du suivi de projets pur. Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, vous pouvez consulter cet article, ou encore celui-ci qui décrivent précisément la procédure pour créer votre propre bullet journal.

Si vous êtes au contraire plutôt séduit par les possibilités offertes par le numérique, n’hésitez pas à troquer le papier pour le smartphone ou le l’ordinateur. Les applications et logiciels généralistes ou spécialisés sont nombreux et permettent de simplifier la prise de notes et l’analyse des données. Si cela vous « parle » plus, nul besoin de s’astreindre au format papier.

Que vous optiez pour le numérique, le papier, ou une combinaison des deux, vous devrez néanmoins vous organiser en amont. Pour ce faire il vous faudra déterminer le nombre et le type d’éléments à suivre. Cela variera en fonction de l’objectif, mais devra rester réaliste et pertinent. Il ne s’agit pas de passer 2 heures chaque jour à renseigner une centaine de critères, ni de cocher une simple case en une fraction de seconde. En effet, le suivi ne doit pas devenir une corvée fastidieuse mais quelque chose de simple qui apporte néanmoins les informations essentielles. Pour terminer, n’oubliez pas de dater vos entrées, c’est essentiel pour situer vos progrès dans le temps !

 

Comment procéder ?

Ça y est, vous êtes convaincu de l’utilité du journal de bord pour vos projets actuels ? Une fois votre support choisi, il suffit de passer par quelques étapes simples pour tirer tous les bénéfices de cet outil.

1. Un journal par projet.

Même si un objectif global peut comporter plusieurs sous-objectifs, contentez-vous d’un journal de bord par objectif global (ou projet) et ne multipliez pas les supports.

2. Planifiez votre projet.

Quand vous aurez planifié votre projet, vous connaîtrez les étapes intermédiaires et les critères d’accomplissement des objectifs liés. Partez de là pour déterminer ce dont vous avez besoin pour évaluer votre progression.

3. Identifiez les mesures objectives.

Tout ce qui est mesurable rentre dans cette catégorie. Cela constitue un ensemble de faits tangibles, indispensables pour voir si vous progressez ou non.

4. Utilisez aussi des mesures subjectives.

Celles-ci vous permettront de trouver des causes explicatives aux difficultés que vous rencontrez ou aux réussites subites. Elles regroupent vos ressentis émotionnels, physiologiques, voire les événements importants de votre vie sans lien avec votre projet, mais suffisamment marquants pour impacter vos plans. Quand vous notez vos ressentis en lien avec une activité relevant du projet suivi, il est important de le faire aussi vite que possible après l’activité. En effet, plus le temps passe et plus on risque d’oublier ou d’effectuer une reconstruction à postériori.

5. Notez vos réflexions personnelles sur le projet en cours et ce qu’il évoque pour vous.

N’hésitez pas à coucher vos pensées sur le papier pour les retrouver plus tard. Il est dommage d’oublier réflexions et idées parfois lumineuses sous prétexte qu’elles n’ont pas d’utilité immédiate. Pourtant, celles-ci peuvent favoriser des ajustements futurs ou être à l’origine de nouveaux projets.

6. Soyez régulier(e).

Inscrivez vos relevés objectifs et subjectifs avec une fréquence déterminée à l’avance. Vous garderez ainsi une trace fiable et régulière de votre progression. Cette fréquence n’a pas besoin d’être quotidienne. Elle dépendra de la durée du projet, de sa nature, et pourra varier en fonctions des phases de celui-ci.

7. Prenez le temps de réviser régulièrement votre progression.

Cette révision peut avoir lieu tous les mois ou toutes les semaines, selon la durée du projet. Si vous remplissez votre journal une fois par semaine par exemple, une révision mensuelle sera suffisante.

8. Revisitez vos réussites

Enfin, pensez à garder les carnets de projets passés pour vous y référer et mieux prendre la mesure de ce que vous avez réussi à accomplir. Cela constitue un excellent réservoir de motivation et vous permettra aussi de transférer vos meilleures stratégies à d’autres domaines. Prendre conscience de ce qu’on a accompli est essentiel pour se sentir plus efficace et s’épanouir !

 

En résumé

Le journal de bord est donc plus une méthode et une approche qu’un objet précis. Il prendra une forme différente selon votre style, votre projet, et les moyens dont vous disposez. De nos jours, un journal de bord est d’ailleurs plus souvent constitué d’une collection de fichiers ou d’un ensemble de supports numériques et physique que d’un simple carnet papier. Pour les projets riches et complexes, on trouvera même parfois utile de créer un index qui précisera où se trouvent tel ou tel type d’information.

En bref, cette approche constitue donc un outil précieux pour réaliser vos projets complexes. Très utilisé en coaching, le journal de bord vous servira autant à atteindre vos objectifs professionnels, que personnels, sportifs ou encore créatifs. Mais quel que soit le but poursuivi, un bon carnet de bord doit ressembler à votre projet et vous ressembler. Si vous prenez en plus le temps de bien l’organiser, il constituera une mine d’information et un outil d’apprentissage d’une valeur inestimable !

Avatar

Bastien Wagener

Docteur en psychologie et Maître-praticien PNL, je suis passionné à la fois par le développement personnel, mais aussi par la recherche sur les capacités et potentialités incroyables de l’être humain!

9
Poster un Commentaire

avatar
8 Fil de discussion
1 Réponses
0 Followers
 
Fil de discussion le plus long
Fil de discussion le plus actif
2 Auteurs des commentaires
Bastien WagenerGrolet Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] travaillée (notamment si elle s’intègre dans un objectif plus complexe), le journal de bord peut être un outil […]

Grolet
Invité
Grolet

La pratique est essentielle

Mais

La répétition est un facteur accélérateur à prendre en compte pour le développement d’un reflexe

@pascal .grolet

trackback

[…] la présentation de la dernière application iOS et Android qui vous permettra de gérer tous vos projets au quotidien! Un logiciel téléchargeable gratuitement pour Windows et Mac vous permettra de compléter […]

trackback

[…] et d’y introduire des variations progressives. Suivre son évolution au fur et à mesure en prenant des notes constitue également une aide […]

trackback

[…] pour toute activité soutenue avec des objectifs à long terme, il est important de pouvoir garder une trace de ce que vous faites pour mesurer votre progression et analyser ce qui fonctionne et ce qui ne […]

trackback

[…] et de l’avancement dans les tâches grâce à un système de notes, un agenda, ou encore un journal de bord vous permettra, pour les projets complexes, d’avoir à disposition toutes les références, […]

trackback

[…] le billet traitant d’une deuxième illustration du journal de bord, toujours dans le domaine du sport, et plus précisément dans le domaine de l’entraînement […]