Carte mentale

Outil souvent mentionné lorsque l’on parle de productivité, d’apprentissage ou d’organisation, les cartes mentales, heuristiques ou « mind maps » restent pourtant peu utilisées au quotidien. Cela ne vient pas d’une quelconque absence d’efficacité ou d’une complexité inhérente à ces dernières, mais plutôt d’une méconnaissance de cet outil. Dans cet article, vous découvrirez l’essentiel pour bien utiliser les minds maps dans de multiples situations ! Pour vous aider, voici le sommaire de ce billet :

  1. Qu’est-ce qu’une mind map ?
  2. Quand utiliser une mind map ?
  3. Comment procéder ?
    1. Conseils pour réaliser des mind maps efficacement.
    2. Le brainstorming.
    3. La clarification de projet.
    4. Organiser l’information.
    5. Derniers conseils.
  4. Quels outils utiliser ?
  5. Conclusion.

1. Qu’est-ce qu’une carte heuristique ou
mind map ?

Une carte heuristique est une représentation graphique de l’information sous forme d’arborescence hiérarchisée. Au centre de ce réseau d’informations se trouve la thématique traitée. Cela peut être un projet, un événement, le nom d’une structure, un lieu, le thème d’un livre, l’intitulé d’un cours, etc. En bref, on choisit une thématique centrale, puis on la développe au travers de la carte heuristique. Typiquement, une mind map comportera au moins 2 sous-thématiques. Dans celles-ci, on retrouvera des informations simples voire d’autres niveaux de sous-thématiques.

Une mind map sert donc à cartographier les informations et les pensées/idées d’un individu ou d’un groupe sur un sujet donné. Tout le contenu est à la fois organisé et hiérarchisé, sans qu’il y ait pour autant un chemin de lecture imposé (néanmoins, dans le cas d’une présentation ou d’un cours à partir d’une mind map, on en détermine un).

Étant donné la manière organique dont on construit une mind map, il est rare de faire du premier coup une carte parfaite sur un sujet donné : on s’y reprend souvent à plusieurs fois en réorganisant les sous-thématiques, en rajoutant, supprimant ou déplaçant des informations. Le processus est tout aussi important que le résultat final, puisqu’il permet d’organiser votre pensée, de mémoriser les informations et de les hiérarchiser, tout en offrant une représentation fiable, claire et simple du thème traité.

2. Quand utilise-t-on une mind map ?

Nous avons tous appris à résumer les informations sous forme de listes ou de tableaux. Si cela peut s’avérer suffisant lorsque les informations sont peu nombreuses ou organisées de manière linéaire (ex : enchaînement de tâches à faire, liste de courses, dépenses vs recettes, etc.), les listes et tableaux deviennent vites limités lorsque le sujet traité possède au moins trois dimensions différentes contenant elles-mêmes des sous-thématiques. Les cartes heuristiques permettent alors non seulement d’organiser facilement les informations, mais aussi de les répartir clairement afin d’avoir tous les éléments sous les yeux.

Cartes heuristiques VS Cartes cognitives

L’utilisation des cartes heuristiques est intéressante quand l’information est peu complexe mais dense. Par peu complexe, on entend ici que plusieurs sous-thèmes ne sont pas liés directement les uns aux autres : le thème central peut être découpé en sous-thématiques assez indépendantes les unes des autres.

Si le sujet est complexe et les interconnexions nombreuses entre ses sous-thématiques, on utilisera plutôt des cartes dites « cognitives » (ou « conceptuelles »). Ces dernières permettent une organisation plus complexe des données puisqu’elles ne comportent pas de sujet central et permettent ainsi de relier diverses thématiques ou sous-thématiques par des liens qualifiés (avec des verbes).

Les cartes cognitives, au contraire des mind maps, sont donc plus utiles pour clarifier un domaine de connaissance complexe (ex : la conscience, la cognition, etc.). Le choix entre ces deux représentations dépend donc des informations à mémoriser et de leur organisation intrinsèque. Notez simplement que les cartes cognitives sont surtout – mais pas uniquement – utiles lorsqu’il s’agit d’analyser un concept.

Par ailleurs, même si vous avez déjà clarifié une thématique ou un projet dans les grandes lignes, vous pourrez bénéficier de la représentation visuelle de l’information qu’offrent les cartes heuristiques. Cette représentation synthétique permet de visualiser l’ensemble d’un projet d’un seul coup d’œil.

Une mind map peut aussi constituer un guide pour l’action lors de l’élaboration d’un projet. Elle permettra alors de vous situer dans votre travail s’il vous arrive de perdre de vue votre vision d’ensemble.

Utilité des mind maps

Les mind maps ou cartes heuristiques sont ainsi utiles pour :

  • Clarifier un sujet où l’information est dense ;
  • Clarifier un projet ;
  • Aider à la planification d’un travail ;
  • Mémoriser l’information et se l’approprier ;
  • Générer des idées sur un sujet (brainstorming) ;

Avec les mind maps vous pouvez donc mémoriser, créer, organiser, planifier et réviser vos idées sur une thématique, un sujet, un projet, un événement, etc. L’intérêt par rapport à un simple tableau ou une simple liste est bien entendu la flexibilité et le niveau de personnalisation élevé que procure l’outil. On peut en effet y intégrer des images, des dessins, des liens, voire des vidéos (quand on travaille avec un logiciel). Deux personnes ne produiront pas la même carte heuristique sur un même thème, et il est également peu probable que vous produisiez exactement deux cartes identiques sur le même sujet à plusieurs mois d’intervalle.

3. Comment procéder ?

La procédure pour faire une carte heuristique expliquée avec une mind map !

La procédure pour faire une carte heuristique expliquée… avec une mind map ! (réalisée avec iMindMap)

Créer une mind map se résume à quelques étapes très simples, quel que soit le contexte de son utilisation :

  1. Prenez une feuille de papier au moins de taille A4 en mode paysage, (ou ouvrez un nouveau fichier dans un logiciel de mind mapping) et inscrivez votre thème au centre.
    • Disposer d’une surface vierge et non quadrillée permet d’avoir plus de liberté. La disposition dans le sens de l’écriture (à l’horizontale) permet d’écrire plus avant d’arriver à la limite de la feuille.
    • Vous pouvez également utiliser une image ou un dessin pour représenter votre thème en plus de mots-clés.
  2. Ajoutez les sous-thématiques principales tout autour de votre thème central en les reliant par des traits épais (les « branches » de votre arborescence). Celles-ci sont comme les chapitres d’un livre qui traiterait de votre thème.
    • Vous pouvez jouer sur la couleur, la longueur et l’épaisseur du trait pour indiquer l’importance d’une sous-thématique par rapport à une autre et sa proximité avec le thème central.
  3. Ajoutez ensuite une deuxième « couche de pensées » et détaillant les sous-thématiques. Ici les traits sont plus fins, les mots-clés inscrits en plus petit que pour les sous-thématiques.
    • Vous pouvez également jouer sur la forme et la longueur des traits pour indiquer leur importance, comme si vous vouliez marquer la différence entre une branche et une brindille.
  4. Ajoutez d’autres sous-couches/niveaux de pensées à loisir, jusqu’à épuiser vos idées sur le sujet.

Conseils pour réaliser des mind maps efficacement

Gardez également ces éléments à l’esprit lorsque vous réalisez des cartes heuristiques :

  • Utilisez autant d’images et de dessins que souhaités pour remplacer ou illustrer vos mots-clés.
  • Utilisez de préférence des mots ou des expressions courtes lorsque vous n’utilisez pas des images ou des dessins. Cela permet de rester clair et concis afin d’avoir les informations directement sous les yeux sans avoir à prendre quelques instants pour relire de longues phrases à chaque branche de la carte.
  • Vous pouvez éventuellement entourer plusieurs mots-clés et branches pour faire ressortir des regroupements.
  • Complétez votre mind map en fonction des idées qui vous viennent, et non pas nécessairement sous-thématique par sous-thématique.
  • Vous pouvez écrire vos sous-thématiques le long des liens ou connecter les mots entre eux. En termes de présentation, de couleurs et de répartition dans l’espace, il n’y a pas de règles : laissez libre cours à votre créativité.
  • Faites en sorte que votre carte soit belle, colorée, organisée, artistique, etc. N’oubliez pas non plus de vous amuser et prenez du plaisir à créer votre carte heuristique. Se concentrer sur ces aspects, en plus du contenu, vous permettra de créer une carte plus claire et de mieux mémoriser les informations qui y sont inscrites.

Les minds maps pour le brainstorming

Lorsqu’on effectue une séance de brainstorming, l’objectif est de générer un maximum d’idées et d’informations sur une thématique donnée. L’utilisation de cartes heuristiques permet dans ce contexte d’organiser les idées tout en les générant. Il vous faudra donc commencer par inscrire au centre de votre feuille le thème à traiter. Ici, nous prendrons pour exemple le thème « améliorer notre relation client ». Ensuite, il vous suffira d’inscrire toutes les idées qui vous viennent sur votre carte, sans les évaluer : la quantité est plus importante que la qualité, vous pourrez juger de la viabilité des idées une fois la carte terminée. Cela permet de ne pas bloquer la créativité et le flux d’idées.

Un exemple de début de création de mind map.

Un exemple de début de création de mind map (réalisé avec XMind).

Les étapes à respecter

  • On commence en général par identifier les domaines qui correspondront à des sous-thématiques. Par exemple : le contact client ; le suivi des commandes ; la fidélisation ; le service après-vente ; etc.
  • Au fur et à mesure que les idées viennent on peut les inscrire dans le domaine correspondant. Prenons l’exemple de la fidélisation client : offrir des cartes de fidélité ; mettre en place un système de parrainage ; mettre en place des loteries réservés aux possesseurs de la carte de fidélité, etc..
  • Quand on ne trouve plus d’idées dans un domaine, on peut passer à un autre. On peut également sauter d’un domaine à l’autre au fil des idées trouvées, et rajouter des sou-thématiques comme bon nous semble.
  • A la fin, il est toujours intéressant de refaire un tour des sous-thématiques pour voir d’autres idées émergent. Alternativement, on peut aussi laisser venir toutes les idées librement, et organiser les regroupements en sous-thématiques dans un deuxième temps.

Les minds maps pour clarifier un projet

Quand on veut travailler sur la clarification d’un projet, les choses sont un peu différentes. Il s’agit en réalité d’un brainstorming plus structuré, car on dispose déjà des domaines/sous-thématiques/catégories clairement identifiées dans la clarification. Voici comment procéder :

  • Inscrivez le thème de votre projet au centre de la feuille.
  • Commencez ensuite à dessiner les différentes branches pour votre projet :
    • contexte spatio-temporel (date butoir, lieu(x) de travail, premières grandes étapes, etc.),
    • les raisons/motivations du projet, les ressources (matérielles, compétences, personnes qui peuvent vous aider, etc.),
    • les freins ou lacunes (blocages psychologiques, mauvaises expériences passées, personnes qui peuvent vous freiner, manques en termes de compétences, de moyens, etc.),
    • les résultats (en termes matériels, émotionnels, relationnels, etc.).
  • Comme toujours, vous pouvez sauter d’un sous-thème à l’autre en fonction des idées qui vous viennent. Vous pouvez également revenir à un sous-thème déjà exploré pour le compléter.

Les minds maps pour organiser l’information

Après avoir récolté suffisamment d’informations sur le thème à traiter, vous pouvez dessiner votre carte heuristique :

  • Commencez par inscrire votre thématique (sujet, projet, thème, etc.) dans un cercle au centre de votre feuille (ou de votre espace de travail si vous travaillez avec un logiciel).
  • Dessinez ensuite les différentes branches partant de votre thématique, chacune correspondant à une sous-thématique.
  • Développez chacune d’entre elles en dessinant une branche pour chaque élément qui la compose. Ces éléments peuvent être des informations, ou des sous-thématiques de niveau inférieur.
  • Poursuivez jusqu’à avoir inscrit tous les éléments pertinents dans chaque sous-thématique.
  • Si un développement plus important est nécessaire pour décrire en détail l’information d’une branche, consignez-le dans un document à part. Ajoutez ensuite le lien vers celui-ci à votre mind map (vous pouvez aussi créer une autre mind map pour sur ce point précis).
Condition physique

Exemple de mind map manuscrite sur un projet. Ici on a gardé une structure très « carrée », mais on aurait également pu écrire le long des liens et donner un aspect plus « organique » à l’ensemble.

Organiser l’information sur le contenu d’un projet

Si vous voulez travailler sur le contenu d’un projet, alors les sous-thématiques seront à définir en fonction de ce dernier grâce à votre réflexion et aux informations à votre disposition. En bref, vous pouvez traiter de n’importe quelle thématique, il faudra juste veiller à ce que celle-ci soit suffisamment claire et délimitée pour ne pas vous éparpiller.

Si les choses sont floues et difficiles à organiser, vous vous en rendrez vite compte et serez contraint(e) de revenir à la définition de votre thème principal. De même, si vous avez des redites dans plusieurs branches, il est fort probable que votre découpage en sous-thématiques ne soit pas bien fait (cependant on peut avoir, pour certains thèmes, des informations qui reviennent dans plusieurs sous-thématiques).

Organiser l’information pour mémoriser, apprendre, enseigner

Pour les étudiants, apprenants, et toute personne en formation, on peut aussi utiliser cet outil pour mémoriser et résumer un chapitre de cours ou même un cours dans son entièreté. Le thème du cours occupera alors une place centrale, et les différents domaines abordés constitueront les sous-thématiques de la carte.

Les mind maps constituent ainsi un formidable outil d’organisation et de mémorisation de l’information ludique et efficace. On peut également utiliser celles-ci pour réviser un cours en créant des mind maps à partir des informations déjà mémorisées. Pour les enseignants et les formateurs, c’est également un très bon outil. Il leur permettra d’organiser le contenu d’un cours ou d’une intervention, voire de le présenter.

Derniers conseils

Le travail est donc toujours le même, quel que soit le sujet traité. On commence par récolter les informations pour ensuite les organiser hiérarchiquement. Une carte heuristique, comme un tableau, peut avoir plusieurs chemins de lecture, tout en gardant une forte structuration hiérarchique.

Enfin, il faut laisser parler sa créativité en utilisant autant de couleurs, d’images et d’illustrations que souhaité. L’important étant que la carte reste claire, complète et lisible pour soi. Cela peut parfois nécessiter de remettre au propre la première carte produite. Avec des logiciels, cela n’est évidemment pas nécessaire.

4. Quels outils utiliser ?

Interface du logiciel Xmind

Interface du logiciel XMind

Pour faire une carte heuristique à votre image, le plus simple est d’utiliser une grande feuille de papier et des crayons de plusieurs couleurs. Vous serez probablement obligé(e) de refaire votre carte une deuxième fois au propre, mais cela vous permettra une personnalisation complète. En effet, les logiciels possèdent toujours une certaine rigidité qui ne permet pas de créer des cartes totalement originales.

Si vous préférez néanmoins travailler sur ordinateur, de nombreux outils existent. Le premier du genre à été le logiciel opensource freemind, toujours mis à jour aujourd’hui. Ce projet a donné naissance à un autre logiciel, freeplane, légèrement plus complet et lui aussi complètement gratuit.

Le logiciel le plus esthétique, accessible et populaire est XMind. Il est proposé en version gratuite basique et permet même de faire d’autres types de cartes. Pour plus de fonctionnalités, notamment d’export des cartes heuristiques (entre autres), il faudra passer à la version plus ou pro du logiciel.

Si vous désirez travailler à plusieurs sur des mind maps, coggle peut être un outil en ligne intéressant. Cette Webapp est disponible gratuitement, un abonnement permettant aux équipes de disposer de plus d’options pour réaliser leurs cartes heuristiques. Framindmap, alternative gratuite et opensource, donne accès aux mêmes fonctionnalités.

Enfin, un logiciel comme iMindMap (payant) vous permet entre autres choses de créer des cartes heuristiques plus organiques.

5. Conclusion

Les mind maps sont donc un outil très intéressant dont il serait dommage de se priver. Elles permettent d’effectuer un travail de génération d’idées et de créativité, de clarification et de planification, ou encore d’organisation et de mémorisation, en fonction de l’approche utilisée et du thème traité. Évidemment, cet outil n’est pas l’alpha et l’oméga qui vous permettra, à lui seul, de mener un projet à bien ou encore de mémoriser n’importe quelle information.

Un exemple de mindmap sur une thématique précise (réalisée avec Xmind). Notez qu'on aurait également pu faire une carte cognitive sur le même sujet.

Un exemple de mind map sur un concept simple (réalisée avec XMind). Notez qu’on aurait également pu faire une carte cognitive/conceptuelle sur ce sujet.

Néanmoins, il est réellement intéressant d’avoir recours régulièrement aux cartes heuristiques, que ce soit dans les apprentissages ou lorsque l’on travaille sur un projet.

La recherche a d’ailleurs démontré les nombreux bénéfices des cartes heuristiques, que ce soit dans l’apprentissage, la mémorisation, la planification, l’organisation, ou encore l’analyse. (Voir notamment ce rapport qui résume un grand nombre de recherches scientifiques sur le sujet).

N’hésitez donc pas à utiliser les mind maps pour y voir plus clair lorsqu’un projet ou une thématique vous semblent confus. Une fois ce travail réalisé, le brouillard se dissipera et vous aurez sous les yeux une vue panoramique du sujet traité !

 

P.S. : Pour plus d’illustrations, n’hésitez pas à explorer la librairie de cartes heuristiques mappio.

Avatar

Bastien Wagener

Docteur en psychologie et Maître-praticien PNL, je suis passionné à la fois par le développement personnel, mais aussi par la recherche sur les capacités et potentialités incroyables de l’être humain!

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback

[…] en mode portrait. Bien entendu, il est également possible d’utiliser un logiciel de mindmapping pour pouvoir modifier facilement votre schéma par la […]

trackback

[…] Si vous souhaitez savoir comment préciser un objectif, consultez donc cet article ou encore celui-ci ou […]

trackback

[…] Vous pouvez procéder en notant les différents éléments dans un tableau ou en dressant une mindmap pour chaque […]

4
0
Qu'en pensez-vous ? N'hésitez pas à laisser un commentaire !x
()
x