fbpx

Qui n’a jamais envié un passionné, amoureux de son art et expert dans son domaine ? Si toutes les passions n’aboutissent pas à l’excellence, il est incontestable qu’elles peuvent nous apporter beaucoup en termes de bien-être et d’épanouissement. Il n’est toutefois pas toujours simple de trouver des activités susceptibles de se muer en passions. Pas facile non plus de garder l’équilibre et de ne pas se lasser happer par celles-ci. Dans cet article, je vous propose donc d’explorer la génèse des passions, et d’apprendre à les cultiver à n’importe quel âge !

 

Les différents types de passion

Une passion, c’est une forte attirance envers un objet, une activité, un concept ou une personne spécifique qu’un individu aime (ou apprécie fortement), valorise grandement et dans le ou laquelle il investit du temps et de l’énergie sur une base régulière1,2. Quand on a une passion, celle-ci fait partie de notre identité, elle nous définit. Si je suis passionné de piano, je me définirai comme pianiste, si c’est le vélo qui me captive, je me qualifierai spontanément de cycliste, etc.

Attention cependant, toutes les passions ne se valent pas. Certes, elles affectent toutes notre fonctionnement cognitif, nos émotions, notre bonheur, nos relations et nos performances. Mais l’impact des passions sur ces aspects peut varier. Et cela ne dépend pas uniquement du domaine concerné ou de l’intensité de la passion. Au cours des dernières décennies, les chercheurs en effet mis à jour deux types différents de passions1,2 :

  • Les passions harmonieuses. Dans ce cas, on s’adonne volontairement à sa passion, sans se sentir contraint. On aime l’activité pour elle-même, et elle ne prend pas le dessus sur le reste de notre vie. Ce type de passion a des conséquences positives et s’intègre de manière équilibré à notre quotidien.
  • Les passions obsessives. Ces passions se construisent en partie sous la pression (interne ou externe). Ici, on n’est plus en maîtrise de ses comportements. On ressent un besoin impérieux de s’adonner à l’activité en question, activité qui devient difficile à contrôler. Les conséquences sont alors plutôt négatives, et cela créé un déséquilibre dans la vie de l’individu.

Quelle que soit la ou les passions qui animent nos vies, elles sont rarement purement obsessives ou harmonieuses. Le modèle dualiste des passions est un vaste sujet que j’explore dans cet autre article du blog. Je vous invite à le consulter si vous souhaitez en apprendre plus. Vous y trouverez également un test scientifiquement validé pour évaluer vos activités préférées.

 

Comment les passions se développent-elles ?

Comme les talents, les passions se construisent et se développent au fil du temps. Il n’existe donc pas de feu sacré ou de passion innée. Par ailleurs, nous ne sommes pas limités à une seule passion. On peut très bien avoir plusieurs passions simultanées, et certaines d’entre elles ne nous captiveront que durant quelques années.

Si les passions ne sont pas innées, il nous faut donc remonter le temps afin de comprendre comment elles se construisent. À l’origine, on s’engage dans diverses activités dans l’espoir de satisfaire des besoins psychologiques d’autonomie, de compétence et de connexion sociale1. Après une période d’essai et d’exploration, des préférences se dégagent. Les activités qu’on finit par préférer sont plaisantes et satisfont nos besoins de compétence, d’autonomie et de connexion. Cependant, seules quelques-unes parmi ces dernières seront vues comme particulièrement appréciables et importantes, et entrerons en résonnance avec l’image que nous avons de nous-mêmes7. Ce sont ces activités qui deviendront des passions. La manière dont on va les internaliser (les intégrer à notre identité) va ensuite aboutir à des passions plutôt harmonieuses ou plutôt obsessives.

Les trois étapes du développement d’une passion

Pour schématiser, on peut dire que le développement d’une passion passe par trois phases7 :

  1. Période initiale. Le soutien à l’autonomie de la part des parents, enseignants ou entraîneurs est crucial. Ce soutien donnera naissance à une passion harmonieuse, alors qu’un environnement social contrôlant aboutira à une passion obsessive. La personnalité compte également. Si elle est d’orientation plus autonome, on tendra vers l’harmonie, alors que si on a une tendance plus forte au contrôle, l’obsession sera de mise.
  2. Après cette phase d’introduction et d’exploration, vient la phase de spécialisation qui exige un engagement plus intense. L’individu pourra atteindre le niveau expert si la pratique est prolongée et délibérée (intense et spécifique). Des variables comme le perfectionnisme, les valeurs et les forces personnelles vont également jouer un rôle ici.
  3. Évolution des passions. Des changements et des transformations peuvent se produire, que ce soit au niveau de l’intensité, du contenu des activités, du temps et de l’énergie investis, ou encore de l’amour de l’activité. Ces changements varient en fonction du type de passion. En clair, une passion n’est pas quelque chose de statique, mais une matière vivante.

Schéma des trois étapes du développement d'une passion où la passion est représentée par une plante

 

Les facteurs qui mènent à des passions obsessives ou harmonieuses

Au-delà de l’aspect temporel, l’intérêt pour une activité spécifique se transforme en passion via trois facteurs2.

1. L’internalisation

L’internalisation est un élément important dans le développement d’une passion. Il s’agit du processus par lequel l’individu transforme une valeur socialement validée en valeur personnelle. C’est le type d’internalisation qui détermine le type de passion7 :

  • Un processus autonome donne lieu à une passion harmonieuse. On assume complètement le processus de construction de la passion, qu’on reconnaît comme sien. On investit délibérément du temps et de l’énergie dans l’activité en question.
  • Une internalisation contrôlée par des facteurs internes ou externes donne lieu à une passion obsessive. On se sent obligé de s’identifier aux principes, comportements et valeurs liés à la passion. En clair, la pression sociale pousse à transformer l’activité en passion (le plus souvent pendant l’enfance). L’intégration de celle-ci à l’identité de l’individu est alors incomplète.

2. L’environnement

Vous l’aurez compris, l’environnement joue un rôle primordial dans ce processus. Le soutien à l’autonomie va faciliter l’internalisation autonome de l’activité dans le Soi de l’individu, et donc mener au développement d’une passion harmonieuse. À l’inverse, si l’activité choisie est fortement contrôlée par des agents sociaux externes, l’internalisation ne sera pas pleinement choisie par l’individu. Cela aboutira à des passions plus obsessives7.

Le rôle de ces facteurs environnementaux montre encore une fois que la passion n’est pas un trait de personnalité et n’est pas innée8. La qualité des enseignants et les structures environnementales positives (qui ne sont pas dans la compétition à outrance, mais favorisent les relations positives entre individus) jouent donc un rôle primordial dans le développement des passions.

3. La personnalité

Même si les recherches sont encore récentes dans ce domaine, on sait que la personnalité influence le développement des passions7. Si un individu a une personnalité plus indépendante, il penchera plus souvent vers des passions harmonieuses. Celui qui est plus dans le besoin de contrôle et de cadre aura davantage de chances de développer des passions obsessives. Cette piste de recherche reste toutefois peu explorée pour le moment. Ces conclusions sont donc à prendre avec précaution.

 

Comment développer une passion ?

Rassurez-vous, quel que soit notre âge, il n’est jamais trop tard pour développer des passions. D’ailleurs, on finit tous par abandonner certaines d’entre elles, par en découvrir d’autres ou par renouer avec d’anciennes marottes. Voici 8 pistes pour favoriser l’émergence de nouvelles passions, ou faire monter en puissance des centres d’intérêt déjà présents.

1. Tester des activités

Que ce soit pour stimuler son cerveau ou rester dans une démarche d’apprentissage, il est indispensable de se confronter à la nouveauté régulièrement. Dégagez donc du temps dans votre agenda pour explorer de nouvelles activités. Si un domaine pique votre curiosité, commencez par regarder des vidéos ou par lire des livres sur le sujet. Inscrivez-vous à des sessions de découverte, suivez des amis dans des propositions nouvelles. Ne saturez pas votre agenda de nouveauté, mais assurez-vous de sortir régulièrement de la routine pour vous donner une chance de développer de nouvelles passions.

2. Dépassez la frustration du début

Au début, rien n’est facile. Nous n’apprenons pas à parler ou à marcher en un jour. Au départ, vous n’étiez pas excellent dans votre profession ou votre activité préférée. Vous avez rencontré des obstacles, puis vous avez persévéré et dépassé des difficultés. Une passion n’en est pas une dès la première minute. On peut certes avoir une appétence ou un « coup de foudre » pour un domaine, mais cela ne se transforme pas systématiquement en passion. À l’inverse, le premier contact avec une activité qui deviendra plus tard une passion n’est pas toujours des plus agréables. Il est donc important de garder cela à l’esprit. Ne vous ruinez pas la santé à persévérer coûte que coûte, mais ne vous arrêtez pas à la première difficulté.

3. Trouvez un environnement adapté

Le soutien à l’autonomie, les encouragements et le support social sont importants pour développer une passion, nous l’avons vu. Certes, le degré de support nécessaire variera d’un individu et d’une situation à l’autre. Néanmoins, s’engager dans un apprentissage au sein d’un environnement positif, avec des personnes pour vous épauler (mentor, compagnon de route, proche qui encourage, etc.) est précieux pour cultiver une passion. Le soutien, mais pas la contrainte ou la pression excessive. Il s’agit en effet de développer une passion harmonieuse, et non obsessive.

4. Trouver un modèle

La connexion avec une passion ou le développement d’un talent passe bien souvent par l’identification à un modèle auquel on veut ressembler. Bien sûr, c’est essentiel pour les enfants, mais nous ne sommes pas en reste en tant qu’adultes. Une fois un centre d’intérêt clairement identifié, le fait de vous appuyer sur un modèle vous permettra de vous inspirer, de monter en compétence et d’alimenter votre passion. N’hésitez donc pas à avoir un texte ou une image de votre modèle sous la main. Et si vous pouvez le ou la rencontrer, c’est encore mieux !Icones représentant les 8 pistes pour développer une passion

5. Consacrer suffisamment de temps

Une passion occupe un volume horaire conséquent dans une semaine. Si vous voulez vous épanouir en cultivant une passion, cela implique donc d’y passer du temps. Pas au point de compromettre tout le reste, certes. Mais sachez qu’il faudra investir pas mal d’heures pour transformer une activité en passion au début. Et par la suite, vous devrez continuer à faire de la place dans votre agenda. Sans un certain volume horaire, une passion finira toujours par s’éteindre, ou par vous frustrer. Mais après tout, les passions font partie des choses qui donnent du sens à la vie. Alors, autant prendre ce temps.

6. Faites le lien avec vos forces

La personnalité entre en résonnance avec les passions, tout comme elle les influence. Si vous avez du mal à développer de nouvelles passions, je vous invite à passer le test des forces pour identifier vos forces signature. Celles-ci vous donneront quelques critères importants à retrouver dans des activités pour que celles-ci aient une chance de devenir des passions.

La recherche a par ailleurs montré que l’utilisation de ses forces de caractère en milieu professionnel augmentait l’expérience d’une passion harmonieuse pour le travail, ce qui mène à un plus grand bien-être dans le temps2. Et au-delà du bien-être, c’est aussi la performance et l’efficacité qui augmentent.

7. Identifier ses talents pour renouer avec ses passions

Le fait d’identifier des talents, parfois mal exploités, est également un moyen de découvrir ou de redécouvrir des passions. Si cette approche pique votre curiosité, je vous invite à tester les pistes proposées dans cet article. Elles peuvent réellement contribuer au développement de nouvelles passions.

8. Partir d’un travail sur l’ikigai (la raison d’être)

Ce concept d’origine nippone permet d’identifier ce qui nous fait vibrer, ce qui donne du sens à notre vie. Même si travailler sur l’ikigai n’aboutit pas immédiatement à un déclic ou à une révélation, il a le mérite de permettre d’identifier ce qui compte pour nous. Par ce biais, on circonscrit mieux ce qui peut devenir une passion dans nos activités actuelles. On peut également identifier les domaines susceptibles de regorger de pistes passionnelles.

 

Favoriser les passions harmonieuses

Développer des passions est une bonne chose, mais autant partir du bon pied. Comme nous l’avons vu, il vaut en effet mieux tenter de cultiver des passions harmonieuses. Comme une personne passionnée s’engage en moyenne 8h par semaine dans son activité de prédilection, cela peut mener à 8h cumulées d’affects positifs, voire plus7. C’est ce qui permet par la suite de développer de meilleures relations, d’être plus créatif et de s’épanouir de façon globale.

Aussi, voici quelques pistes qui vous permettront de développer des passions plus harmonieuses5 :

  • Utiliser ses forces afin de vivre des succès, notamment au travail.
  • Aborder les choses sous l’angle de la coopération plutôt que de façon systématiquement compétitive.
  • Augmenter vos ressources (temps, moyens matériels, etc.) pour qu’elles soient à la hauteur des exigences de votre activité passionnelle. Cela permet de ne pas se sentir dépassé ou noyé.
  • Prendre du recul et se laisser de la latitude, des marges de manœuvre. Le but est d’être autonome et de reprendre le contrôle par rapport à votre passion. Évitez donc de persévérer sans relâche et sans pauses dans vos activités préférées.
  • Rechercher tout ce qui peut soutenir votre autonomie. Il ne s’agit pas de s’adonner à une passion pour les autres ou parce qu’on s’y sent contraint. Des soutiens ainsi qu’une organisation raisonnée de votre emploi du temps peuvent par exemple vous aider sur ce sujet.
  • Veillez à satisfaire vos besoins en dehors de votre passion pour éviter que celle-ci ne se transforme en obsession.
  • Si vous avez déjà une passion assez obsessive, essayez d’en développer une deuxième, plus harmonieuse. Ceci vous permettra de diminuer votre obsession pour la première passion. L’idée est d’amener d’autres éléments positifs dans votre vie pour vous procurer du bien-être et rééquilibrer les choses.

 

Conclusions

Les passions sont sans conteste essentielles à notre bien-être. Selon les diverses études réalisées sur le sujet, elles concernent environ 80% de la population2. Vu tout ce qu’elles peuvent nous apporter, il serait donc dommage de faire partie des 20% d’individus qui ne sont pas concernés par le sujet à un instant T de leur vie. Mais quelle que soit votre situation actuelle, gardez à l’esprit qu’il n’est jamais trop tard pour se passionner. Au fil de la vie, certaines passions disparaissent alors que d’autres émergent ou évoluent : c’est tout à fait normal. Il faut simplement veiller à ne pas tomber dans l’excès en conservant un investissement harmonieux dans ses passions.

Alors, prenez un peu de temps pour développer vos passions. Et ne soyez pas égoïstes, partagez les vôtres autour de vous. Ou même en commentaire. Cela pourrait bien inspirer d’autres lecteurs !

 

Références

Voir les références
  1. Vallerand, R. J., Blanchard, C., Mageau, G. A., Koestner, R., Ratelle, C., Léonard, M., Gagné, M., & Marsolais, J. (2003). Les passions de l’âme : On obsessive and harmonious passion. Journal of Personality and Social Psychology, 85(4), 756‑767.
  2. Vallerand, R. J., Chichekian, T., & Paquette, V. (2021). Passion in Education- Theory, Research, and Applications. In G. A. D. Liem & D. M. McInerney (Éds.), Promoting Motivation and Learning in Contexts (p. 115‑141). Information Age Publishing.
  3. Marsh, H. W., Vallerand, R. J., Lafrenière, M.-A. K., Parker, P., Morin, A. J. S., Carbonneau, N., Jowett, S., Bureau, J. S., Fernet, C., Guay, F., Salah Abduljabbar, A., & Paquet, Y. (2013). Passion : Does one scale fit all? Construct validity of two-factor passion scale and psychometric invariance over different activities and languages. Psychological Assessment, 25(3), 796‑809.
  4. St-Louis, A. C., Rapaport, M., Chénard Poirier, L., Vallerand, R. J., & Dandeneau, S. (2021). On Emotion Regulation Strategies and Well-Being : The Role of Passion. Journal of Happiness Studies, 22(4), 1791‑1818.
  5. Vallerand, R. (2021, juin 2). Le rôle de la passion dans le fonctionnement optimal. 3e Congrès Français et francophone de Psychologie Positive.
  6. Vallerand, R. J. (2015). The psychology of passion : A dualistic model. Oxford University Press.
  7. Vallerand, R. J. (2008). On the psychology of passion : In search of what makes people’s lives most worth living. Canadian Psychology/Psychologie Canadienne, 49(1), 1‑13.
  8. Moeller, J., Dietrich, J., Eccles, J. S., & Schneider, B. (2017). Passionate Experiences in Adolescence : Situational Variability and Long-Term Stability. Journal of Research on Adolescence, 27(2), 344‑361.

Bastien Wagener

Docteur en psychologie et Maître-praticien PNL, je suis passionné à la fois par le développement personnel, mais aussi par la recherche sur les capacités et potentialités incroyables de l’être humain!

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Aperçu du livre "Plus efficace & plus heureux" avec commentaires

1
0
Qu'en pensez-vous ? N'hésitez pas à laisser un commentaire !x
()
x